lundi 31 mai 2010

Le reste est silence de Carla Guelfenbein

Tommy, petit garçon âgé de douze ans, n’est en rien un petit garçon comme les autres. Atteint d’une maladie cardiaque, les jeux turbulents lui sont formellement interdits. Alors, n’ayant pas d’amis, il trouve souvent refuge auprès de son ami imaginaire, Kajef. Mais surtout, à l’aide de son MP3, Tommy enregistre le monde qui l’entoure pour le retranscrire sur son ordinateur. C’est ainsi qu’il surprend et enregistre, lors d’un banquet de noces, une révélation, faite  sur le ton anodin d’une conversation d’adultes, révélation concernant la mort de sa mère.

Tommy parle peu, mais, dès lors, comprend tout des failles et des trahisons des adultes qui l'entourent. Méthodiquement, il veut reconstruire le puzzle de cette vérité qu’on lui a cachée. Mais alors  que ces adultes pensent faire face et protéger le petit Tommy, aucun d’eux ne perçoit sa quête, et tous laisseront paraître leurs défaillances : le père, chirurgien en cardiologie pédiatrique rongé par le souvenir douloureux de la mère de Tommy, Alma , la jeune belle-mère si proche de Tommy qu’elle considère comme son enfant, mais que son époux ne regarde plus, tous rongés par les blessures d’un passé qu’ils tentent tant bien que mal d’étouffer .

J’ai été quelque peu déboussolée au début de ce roman par la structure de sa narration (sans doute aussi lié à des mauvaises conditions de lecture ce jour-là…). Trois narrateurs en effet s’y succèdent : Tommy, son père Juan et sa belle-mère Alma.  Comme l’écho de trois voix, de trois souffrances qui s’ignorent les unes des autres, et ne parviennent plus à poursuivre ensemble le chemin de leur vie familiale. Mais très vite, je me suis laissée porter par l’écriture délicate, toute en grâce de Carla Guelfenbein.

De nombreux passages m’ont bouleversée : je les ai retrouvés dans le billet de l’Or des Chambres et de Pascale.

Alors, personnellement, je rajouterais cet extrait-là, car comme l’a dit L’or des Chambres,  ce roman « met le doigt là où ça fait mal, sur nos fragilités » 



Extrait de la page 243  (Le petit Tommy en est le narrateur)
Papa n’élève pas la voix. Il parle calmement, modulant chaque syllabe. Il sait se contrôler. Moi aussi, je me suis entraîné. Papa a honte de mon corps, il a honte que je sois comme je suis, que je ne joue pas au football, que j’aie peur des espaces fermés, que j’ai des réactions stupides. Et comme il croit que je suis une part de lui, il essaie de dominer cette part comme il essaie de se dominer lui-même. Mais ce qu’il veut est impossible, parce qu’il n’est pas moi. S’il pouvait le comprendre, il ne m’aurait pas tenu ce genre de propos, car ce que je fais est une partie de moi ; je ne peux pas changer çà.  Pas parce que je suis un peu philosophe, comme dit Mr Berley, mais tout simplement parce qu’on n’y peut rien. Ce « çà » me suit partout, et pour l’extirper il faudrait expulser mon être de moi-même. Avant de quitter ma chambre, il se retourne et me lance :
- On est d’accord, champion ?
- On est d’accord.
Je ne lui ai jamais avoué que je déteste ce mot, « champion ». Champion de quoi ? C’est comme s’il parlait à un autre enfant, comme s’il ne me voyait pas.

Un très beau livre ,  que j'ai refermé avec un pincement au coeur en pensant à tous les petits Tommy ...

14 commentaires:

Aifelle a dit…

J'ai tellement entendu autour de moi qu'il fallait absolument que je lise ce roman, que je je ferai un jour, c'est sûr.

la Pyrénéenne a dit…

Comme aifelle ... et je tourne autour depuis un moment ! Et puis, la couverture est si belle ...

saxaoul a dit…

Le Billet de L'or des chambres m'avait donné très envie de le lire. Et le tien conforte mon sentiment ! J'espère qu'il va bien sortir en poche !

esmeraldae a dit…

la structure m'a déboussolée aussi mais je n'ai pas réussi à poursuivre ma lecture tellement je me sentais perdue

Cécile a dit…

@Aifelle et Saxaoul : Ben, laissez-vous tenter! -:)) Voulez-vous que j'en fasse un livre voyageur ?

@ Véro : mais il est DEJA dans un joli petit sac pour notre prochain déjeuner !...

@ Esmeraldae : Bienvenue ! Quel dommage que tu n'aies pas insisté ! En fait, à chaque changement de narrateur, il y a un petit signe dessiné qui te permet d'identifier le narrateur. Une fois que j'ai saisi cela, je n'ai plus lâché ce livre !
PS/ J'irai faire un tour chez toi ce soir !

zarline a dit…

J'ai en général un peu de peine avec les narrateurs-enfant et je crains un peu cette partie mais ton billet est plutôt convaincant et je me pourrait me laisser tentée à l'occasion.

Cécile a dit…

@Zarline : les voix des 3 narrateurs se font écho tout au long du roman, il n'a pas de partie spécialement dédiée à l'un ou les autres. Et cet enfant fait preuve d'une grande maturité -ou lucidité - : donc rien d'enfantin, au contraire !

Aifelle a dit…

Pourquoi pas, mais après les vacances, là je suis surbookée.

L'or des chambres a dit…

Merci pour le lien Cécile, ça m'a fait tout drôle de lire une de mes phrases sur ton billet...
Je suis ravie que tu l'as aimés... Vraiment un très beau livre... J'aurais presque envie de le relire !
Gros bisous

Cécile a dit…

@Aifelle : à voir si Véro achèvera de te convaincre !
@L'Or : le seul regret est effectivement de ne pas l'avoir commencé dans les conditions de lecture idéales (interrompue, du monde autour...) !

Ys a dit…

J'ai parfois du mal avec ces romans qui donnent la parole à des enfants qui sont bien plus mûrs et parlent un langage beaucoup plus sophistiqué que les vrais enfants de leur âge. L'extrait me donne cette sensation...

Cécile a dit…

@Yv : ta remarque est tout à fait justifiée. C'est vrai... Mais bizarrement, cet enfant parle peu, et quand il parle, justement ce sont des paroles enfantines, "nature" qui vont droit au but, quoi ! Un contraste évident avec la formulation de ses pensées. Je pense que c'est volontaire, afin de porter de façon flagrante l'incompréhension de ceux qui l'entourent (et non pas de "ce qui l'entoure", lui.)

Michel a dit…

Donc le remonter en haUt de ma PAL... merci pour le rappel

Cécile a dit…

@Michel : oui, et puisqu'il est déjà dans la PAL,cela améliorera tes statistiques ! ;-))